samedi 30 avril 2016

Des cookies qui déchiiirent ! (végétaliens)


Des recettes de cookies j'en ai essayé plusieurs, malheureusement aucune ne trouvait grâce à mes yeux. Soit ils n'avait pas la consistance souhaitée -aka un peu friable, moelleux à l'intérieur et plutôt sec à l'extérieur- soit le goût n'y était pas. En réalité j'avais découvert une recette pas mal, mais les coquins étaient trop gras pour être honnêtes. Fût un temps où j'avais un petit faible pour ceux de la Mie Câline aussi mais je préfère éviter, vous devinez aisément pourquoi.

Dorénavant, je pense pouvoir dire que ma quête est finie, j'ai trouvé les élus de mon cœur ! Mon Goûteur Goulu préféré à validé et levé les deux pouces, donc je suppose que c'est bon signe. La recette est toute simple, rapide et délicieuse et permet de faire pas moins de 15 cookies bien dodus. Tout le secret réside dans une bonne pincée de sel, du bon chocolat noir et un temps de cuisson très court.


Pour 15 cookies végétaliens au bon goût de chocolat


Ingrédients :

* 300g de farine (50/50 sarrasin et petit épeautre pour moi)
* 1 grosse pincée de sel
* une pincée de bicarbonate de soude
* 90g de sucre complet
* 2 càS d'huile de coco ramollie
* 3 càS d'huile d'olive
* 60g de chocolat noir
* de l'eau


J'ai aussi testé du beurre de cacahouettes en remplacement de l'huile de coco mais on a trouvé ça moins bon... 

Préparation :

Mélanger la farine, le sel, le bicarbonate et le sucre.

Ajouter l'huile de coco ramollie et l'huile d'olive en sablant la pâte à la fourchette, pour former des grumeaux.

Casser le chocolat en grosses pépites à la main ou au couteau, et les ajouter au mélange.

Ajouter l'eau petit à petit afin de former une pâte malléable et pas trop collante. Former des boules à la main, les aplatir et les répartir sur une plaque de cuisson sulfurisée.

Enfourner environ 12 minutes à 180°C, cela paraît peu mais ils continuent à durcir une fois sortis du four.


Et voilà, vous avez de délicieux biscuits pour le goûter ou le petit-déjeuner ! 

lundi 25 avril 2016

Liebster Award #2, avec des petites fleurs et du chat dedans

Il y a quelques semaines j'ai eu l'agréable surprise de découvrir que Catherine, de La Marmotte Chuchote, m'avait nominée pour un Liebster Award. Merci à toi Catherine ! Cela m'a permis de découvrir son blog que je ne connaissais pas encore, et que nous partageons le même intérêt pour l'écologie et tous les petits gestes "green". 

Le principe du jeu est de livrer 11 choses sur notre petite personne, de répondre à 11 questions puis de tagger en retour 11 autres personnes. Je vous avais déjà révélé 11 choses sur moi dans cet article, et je ne vois pas trop quoi rajouter donc je me contenterai de répondre aux questions de Catherine :-)

1. Comment est née l'idée d'ouvrir ton blog ?

A force d'en lire ! J'ai toujours été une grande lectrice de blogs depuis des années (j'ai longtemps eu une période blogs mode, avant de me lasser), et au bout d'un moment j'ai eu envie de m'exprimer à mon tour, d'écrire mes propres articles et de partager mes petites découvertes sur mon sujet de prédilection : la sobriété heureuse sous toutes ses formes (écologie, beauté, cuisine végétale...)

2. Qu'est-ce que t'apporte ton blog ?

J'aime avoir un petit espace à moi où parler des sujets qui me tiennent à cœur, ou simplement sur des petites choses plus "futiles". Je trouve que créer son blog permet de s'améliorer et de progresser dans plusieurs domaines, notamment sur la rédaction et la photo. Et bien sûr, pouvoir discuter avec des personnes qui partagent les mêmes centres d'intérêt.

3. Qu'est-ce qui t'a rendue la plus heureuse ces temps-ci ?

Découvrir que mon supermarché vendait de la coriandre fraîche ! Ahah. Oui parce que j'en cherchais depuis des mois. Sinon, voir que le végétarisme progresse rapidement en France me rend TRES heureuse :D Et puis avoir eu une conversation téléphonique avec une amie que je n'avais pas vue depuis longtemps.
Ce petit chat, qui accourt toujours vers nous pour se faire câliner. Là il n'avait pas l'air commode c'est vrai...

4. Plutôt ville ou campagne ?

Mmh, j'ai le droit de répondre "les deux" ? Honnêtement j'aime la ville pour son dynamisme et sa facilité d'accès aux endroits qui nous sont indispensables comme les commerces, ciné, musées, bibliothèques etc... mais aussi la campagnes pour sa quiétude, ses petits marchés de producteurs, ses animaux et ses paysages. Bref, difficile de choisir mais je dirais ville pour la vie quotidienne et campagne pour les vacances :)

5. Si tu étais élue maire de ta ville ou de ton village, quelle serait ta première décision ?

J'instaurerais des séances de yoga obligatoires pour petits et grands de 0 à 100 ans, et je mettrais en place des végétaux comestibles un peu partout dans la ville pour la rendre plus belle, plus verte et plus accueillante héhé

6. Quelle est l'initiative écologique ou éthique la plus chouette que tu connaisses et que tu aimerais partager ?

Fabriquer ses savons ! C'est hyper simple, économique et juste TROP COOL d'utiliser ses propres créations. J'avais fait un article sur le sujet pour expliquer tout ça, et de temps en temps je vous présente mes dernières petites créations.

7. Que dirais-tu à quelqu'un pour le convaincre d'avoir un mode de vie plus écologique ?

Je n'aime pas trop faire de prosélytisme, mais je lui dirais que vivre écolo rend "plus beau, plus riche (bah oui parce que = économies) plus heureux et en meilleur santé". Non sérieusement, je pense que les actes ont plus de poids que les mots, donc je continuerais d'agir selon mes convictions et le laisserais admirer le résultat ;)

8. Selon toi, quel geste écologique a été le plus difficile à mettre en place ?

Réduire ses déchets. Ce n'est pas une mince affaire, surtout quand on voit la montagne d'emballages inutiles qui peuplent notre environnement. Difficile de trouver du vrac partout, et quand il m'arrive d'acheter en supermarché je suis effarée de voir quatre malheureux fruits empaquetés dans une tonne de plastique.

9. Quelle est ta saison préférée ?

Team Automne forevert ♥ Pour ses couleurs somptueuses et ses températures à rester cocooner à la maison. Oh et puis le printemps aussi. C'est super le printemps ! L'été quand il ne fait pas trop chaud (ou je me liquéfie sur place), et l'hiver de temps en temps. Donc en vrai, je n'ai pas tellement choisi on dirait.

10. Qu'emmènerais-tu sur une île déserte ?

Un stylo, un carnet, et mon appareil photo what else ? Ah si, et mon Amoureux bien sûr !

11. Peux-tu nous citer une personnalité que tu admires ?

En fait je "n'admire" pas spécialement une personnalité, mais tous ces auto-entrepreneurs qui osent quitter un job qui ne leur convient pas pour se lancer dans une activité dont ils rêvent. Sortir de son confort, se remettre en question et oser, voilà ce que j'admire. Et sinon, je suis très admirative de la propriétaire des mes deux cafés vegan préférés à Caen, ce qu'elle a fait de ces lieux est juste génial. Bravo Elise !

Quant à vous, n'hésitez pas à me raconter 11 choses sur vous, je serais ravie de vous lire !

jeudi 21 avril 2016

Etretat, Normandie


Ça faisait un moment que j'avais envie de découvrir la célèbre Etretat et ses magnifiques falaises de craie, en Seine-Maritime. Nous avons finalement eu l'occasion d'y faire un tour pendant les vacances, entre deux révisions 'intensives' pré-partiels. Ce jour-là nous avions en outre très envie de voir la mer, ce qui tombait à pic !

Après avoir galéré à trouver une place pour se garer (ceci dit on a eu la grande chance qu'un généreux touriste nous offre ses deux heures de parking en trop), nous avions hâte de découvrir toute cette beauté majestueuses. Nous avons eu la chance d'arriver pile au bon moment sous un beau soleil, alors qu'il s'est vite remis à pleuvoir aussitôt montés dans la voiture pour le retour (Hey, on est en Normandie ou on n'y est pas !)

Beaucoup de verdure, de bleu turquoise et de blanc crayeux. Nous avons grimpé les escaliers pour monter tout en haut et profiter de la vue panoramique. C'est magnifique et spectaculaire, on se sent vraiment minuscules face à cette immensité de la Nature et ces falaises gigantesques ♥ C'est marrant, j'ai toujours envie de parcourir le monde en large et en travers, de visiter des contrées lointaines d'Asie ou d'Amérique, alors que se trouvent à quelques kilomètres de chez moi de jolis coins à admirer...

mardi 19 avril 2016

Mon premier sampoing solide à la bière en SAF (sans tensioactifs)

En vrai il mousse beaucoup beaucoup. Mais qu'est-ce qu'il est MOCHE !
Coucou tout le monde ! Je suis en pleine semaine de partiels donc pas trop le temps de batifoler sur les internets, néanmoins je passe en coup de vent pour vous parler de mon nouveau shampoing maison que j'aiiime ♥

Si le célèbre No-poo n'a pas eu l'effet escompté sur moi, il a au moins eu le mérite de me faire découvrir le Low-poo et autres alternatives aux shampoings du commerce. Comme je vous l'avais raconté dans cet article, je suis passée d'un lavage quotidien à un tous les six jours en moyenne - je tiens le bon bout, ouiii !

Tous comme les autres produits cosmétiques que je me plais à fabriquer moi-même, j'ai eu envie de fabriquer mon propre shampoing solide. Bien sûr je le voulais saponifié à froid, et sans tensioactifs même 'doux' (le SCI entre autre, dérivé de l'huile de coco). Puisque ceux-ci donnent un pouvoir moussant au produit, j'ai choisi une huile végétale réputée pour cette propriété : l'huile de coco.

C'était la première fois que je testais la saponification avec d'autres huiles que l'olive, et en remplaçant l'eau par de la bière à la châtaigne (réputée pour donner de la brillance aux cheveux) et j'ai été surprise par l'apparition TRÈS rapide de la trace. Tenez-vous prêts donc, pour l'ajout de vos huiles essentielles et autres additifs !


Ingrédients pour la base (à recalculer avec un convertisseur):

*  soude en perles
*  bière dégazée préalablement refroidie 48h, en remplacement de l'eau
*  huile de coco (30% de l'huile totale)
*  huile d'olive extra vierge (50%)
*  huile de ricin (20%)

Je suis très trèès contente de ce shampoing. Mise à part l'odeur peut-être, qui ne vous enverra pas directement au paradis, il est super agréable à utiliser grâce à sa mousse abondante qui le rend facile à répartir sur la chevelure et en dessous. Je finis souvent par un jet d'eau froide pour refermer les écailles et les faire briller, ou bien un rinçage au vinaigre de cidre/citron. Pour vous dire, ça faisait longtemps que mes cheveux n'avaient pas été aussi doux et légers (PROPRES.), même si je pense que le henné n'y est pas pour rien ;)

Bon je cours je vole, la mécanique des fluides n'attend que moi (AH AH).


mercredi 6 avril 2016

DEMAIN, un film optimiste à voir ab-so-lu-ment !


Des mois que j'avais envie de voir ce film de Mélanie Laurent et Cyril Dion, sans y parvenir faute de temps et à cause d'un nombre de séances très restreint. Heureusement j'ai pu y remédier dimanche dernier, et ça valait vraiment le coup !

Demain n'est pas de ces films catastrophes et angoissants qui montrent que le monde va mal, très mal, et que l'on va droit dans le mur si nous ne changeons pas de comportement très rapidement. Parce qu'il y en a marre des vidéos d'abattoirs, des photos d'animaux maltraités et de désastres écologiques... C'est vrai, tout cela existe et Mélanie et Cyril nous rappellent que notre Planète ne pourra pas subvenir aux besoins de tant d'habitants à un tel rythme, mais là n'est pas le sujet principal du film.

Au contraire, les deux acteurs proposent des solutions pratiques en nous montrant tout l'or que nous avons dans les mains pour changer les choses, à notre échelle. Pas besoin de gros moyens, juste des petites choses toutes simples comme cultiver son potager urbain, composter ses déchets et devenir plus autonome pour arrêter d'engraisser les vilaines multinationales. En parcourant pas moins de dix pays à travers le monde, ils partent à la rencontre de personnes créatives qui ont le désir de construire un monde plus chaleureux et durable, somme toute des citoyens ordinaires qui font de leur mieux pour créer un environnement extraordinaire. Et ça marche !

Ferme du Bec Hellouin, en Normandie (c'est chez moi dis donc !) où tout est produit en permaculture. J'ai d'ailleurs acheté leur bouquin, Permaculture, qui m'a l'air passionnant
J'ai adoré découvrir toutes ces belles initiatives, et l'espoir que nous donne ce film quant à l'avenir de la planète. Et de remarquer que (en vrai je le savais déjà :P) beaucoup de changements positifs passent par la nourriture : moins mais de meilleure qualité, locale, idéalement biologique et à dominance végétale. D'ailleurs, connaissiez-vous les Incroyables Comestibles (Incredible Edible in english) ? Comme leur nom l'indique, des végétaux comestibles disséminés un peu partout dans la ville, pour embellir l'environnement urbain et nourrir ses habitants. Charmant !

Avec de jolies paysages, des musiques joyeuses et entraînantes pour couronner le tout, je suis ressortie de la séance motivée et regonflée à bloc par tant d'optimisme. C'est vrai, tout n'est pas rose mais pourquoi ne pas montrer plus d'initiatives de ce genre au lieu d'images sombres et d'informations anxiogènes ? Définitivement, je pense que tout le monde devrait voir ce film, et pas seulement les personnes qui s'intéressent au sujet ;)

Vous l'avez-vu ? Qu'en avez-vous pensé ?

dimanche 3 avril 2016

Mon végétarisme, 2 ans après.


Je me rappelle ce jour, lorsque j'ai affirmé à ma mère que je ne mangerai plus de viande. Son air mi-étonné mi-narquois, comme si elle pensait Bah ! ce n'est qu'une lubie passagère. C'est d'ailleurs ce qu'elle disait aux gens lorsque je leur avouais que je ne mangeais plus de chair animal. Même le poisson, oui. Et les remarques du genre Pourtant-tu-adorais-ça-avant. Est-ce qu'on va dire à un ancien fumeur, ooh tu a arrêté ? Mais tu aimais ça avant...!   ??

Deux ans après je n'ai pas changé d'avis, bien au contraire !

J'avais envie de faire le point sur cette démarche, en constatant avec une graaaaande joie que depuis quelques temps, petit à petit, les mentalités changent à ce sujet. Et de m'étonner que quoi que l'on pense, même sans chercher à convaincre du bien-fondé de ce régime alimentaire, les gens que l'on côtoie changent (un peu)(certains complètement !) à notre contact. Où j'ai découvert que la citation de Gandhi Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde s'appliquait véritablement.

Quelques exemples : mon copain ne jure plus que par les protéines de soja texturé et le lait d'avoine alors qu'il ne savait même pas ce que c'est il y a encore six mois, mes parents ont arrêté de vouloir me faire manger de la viande (ouf !), mes amis reconnaissent que la cuisine végétale peut être très appétissante et délicieuse, et ma grand-mère affirme que ça ne la dérangerait pas de manger vegan à temps plein si c'est moi qui faisait la cuisine (et la vaisselle je suppose). 

Je me souviens qu'au début je ne savais pas quoi répondre à cette question fatidique : Mais pourquoi ?! 
Oui j'avais honte, honte (!) d'avouer que c'était pour des raisons éthiques, écologiques et de santé. Je ne me sentais pas légitime pour endosser le rôle de "la végétarienne de service". Lors des repas en société j'avais peur de l'opinion des gens, de passer pour l'enquiquineuse de service et ne pas savoir répondre à leurs questions, d'être incollable. Parce que ne pas 'rentrer dans le moule', ça peut-être fatiguant et inconfortable. Au fond de moi je savais que c'est ce qui me convenait le mieux, sans pouvoir l'expliquer.

J'ai découvert tout plein de p'tites graines fabuleuses
J'ai senti que quelque chose changeait en moi en même temps que mon alimentation, comme si le fait d'arrêter de manger de la chaire animale m'avait rendue plus sensible (truc étrange : moi qui pleurais rarement devant un film triste je me suis mise à le faire) , plus empathique et plus 'réceptive' au monde qui m'entoure. Quand je voyais un animal dans la rue, j'essayais de voir le monde à travers son regard, comme si je me mettais à sa place (bizarre hein ?). 

Mentalement, je me suis sentie tout de suite plus énergique et optimiste, alors que mon corps a semblé s'affiner (enfin c'est ce qu'on me dit, je préfère le croire hihi). Tous ces changements hyper positifs me confortaient dans mon choix, même si une petite voix dans ma tête continuait à semer le doute de temps en temps. Oui mais t'es sûre que c'est pas dangereux ? Et les carences ? Ils ont peut-être raison tous ces gens... Et comment tu feras quand tu auras des enfants ? Leur imposer ce régime par éthique et pour leur bien ? Et si ça les mettait en danger ?

Finalement, deux ans après je suis de plus en plus sûre de mon choix. Je pense toujours que c'est la meilleure décision de ma vie et pour rien au monde je ne reviendrais en arrière. Notre dernier séjour à Londres nous a confirmé que la France était bien en retard à ce niveau-là, quand on a vu combien il était facile, voire normal, d'obtenir un plat vegan dans la capitale britannique, où les plats omni et végé se côtoient sur la carte aussi facilement qu'un steak-frites et où le végétaLisme n'est pas considéré comme une tare d'anorexique maniaco-dépressif.

Tout ça pour dire, ne renoncez pas à devenir ce que vous êtes par peur du regard des autres et de ne pas faire "comme tout le monde", ce serait dommage.